Devoir de Mémoire

Quand tu découvres la discographie de Dylan, on te conseille d’abord les incontournables, les chefs d’œuvres intemporels, du « Higwhay 61 » et du « Blonde On Blonde » en passant par du « Blood On The Tracks ». Mais ce sera à vous ensuite de découvrir les merveilles de « New Morning », de « Shot of Love » ou de « Love & Theft » et de les réhabiliter. Ce sont seront vos chouchous car c’est vous qui les aurez adopté. Et vous les défendrez coeurs et âmes, même quand ils seront méprisés. Même chose pour les séries. Il y a des épisodes cultes, inoubliables, qui sont encore aujourd’hui l’objet d’études passionnés sur le net et qui font la joie immédiate des spectateurs avide de sensations fortes. Qui font le consensus. Il y a des « One Minute », des « All in the Family », des "Two Cathedrals", des « Members Only » ou des “Possible Kill Screen”. Mais il est l’heure de réhabiliter de manière tout à fait personnelle et pas du tout objective ce que j’appelerais des « perles oubliés » ("gems" en VO).

De temps à autre, je mettrais en lumière pour vous des épisodes qui ont m’ont marqués sans être pour autant des incontournables ou des chef d’œuvres du petit écran. Juste de bons petits épisodes. Bien ficelés. Plaisants. Uniques en leur genre. Qui me parle plus que d’autres mais qui, si ça trouve, ne vous parleront pas et ont étés un peu oublié dans la grande Histoire officielle des séries télévisés. En voilà un premier échantillon qui, encore une fois, n’engage que moi. N’hésitez pas à partager vos souvenirs, surtout s’ils n’ont marqués que vous. C’est aussi à ça que sert un blog et c’est ce qui pourra vous assurer le peu d’originalité et d’authenticité qu’il vous reste, bande de hipsters. 

ER - S09E03 Insurrection [2002]


Pour beaucoup, l'âge d'or est terminé depuis longtemps et la série (qui est, pour ceux qui ne me connaissent pas bien, MA série, LA série fondatrice dont je suis LE spécialiste) entame son déclin. Certes, la neuvième saison a mal géré le couple Carter/Abby, certes le cast très nombreux a été mal exploité, certes la quarantaine était over the top... Mais putain, c'était ER et toujours un drama de network comme on n'en retrouve plus depuis son arrêt. Qui était encore capable de nous pondre des "Hindsight", "A Thousand Cranes", "When Night Meets Day" et cet inoubliable "Kisangani". Qui nous faisait vibrer tous les dimanches soir sur France 2. "Insurrection" a été diffusé sur NBC le 10 octobre 2002 et le 14 septembre 2003 chez nous mais qui s'en souvient ? Moi, je venais d'entrer en quatrième et je m'en souviens. 

Je me souviens de Carter qui lance une grève pour améliorer le système de sécurité du Cook County. D'un Noah Wyle qui a pour la première fois vraiment l'allure d'un leader, de celui qui donne le ton et reprend le flambeau de Mark Greene. Je me souviens d'un Lee Tergesen qui sort un flingue et nous fait frisonner, redonnant à Jing-Mei un semblant d'intérêt. Je me souviens d'une Susan qui n'entre pas dans ce jeu d'insurrection, préfèrant rester auprès d'une patiente mourante, une patiente passionnée d'opéra, un opéra qui se met à résonner lors d'un montage bouleversant. 

C'est un petit épisode, bien solide, du ER classique et qui réussit tout de même à frapper fort, sahs hélicoptères, sans bactéries tueuses, sans arrivées ou départs de personnages. Et s'il faut en citer d'autres des petits épisodes d'ER que le temps a oublié et qui mérite le détour, j'en citerais d'autres : "A Shift in the Night" (2x18), "When The Bough Breaks" (4x04), "The Fastest Year" (6x19), "A Walk in the Woods" (7x14) ou bien "Where's There Smoke" (10x18). 

Frasier - S07E12 RDWRER (aka The Winnebago Show) [2000]


C'est la deuxième fois dans la série que le clan Frasier nous fait le coup du voyage en camping-car (et pas la meilleure). Pourtant, les scénaristes sont toujours capable de trouver de quoi nous faire rire et nous attendrir avec une intrigue aussi fine que Maris ! Juste un road-trip le soir du Nouvel An, avec un David Hyde Pierce très en forme au niveau comique visuel et une scène de fin douce-amère au bord de l'autoroute. Maintenant que je suis au milieu d'une huitième saison où la qualité commence vraiment à faiblir, je n'oublie tout de même pas que Frasier a réussi à garder le cap et nous pondre des petits modèles d'écriture sitcom pendant au moins sept saisons. Des épisodes comme celui-ci, j'aurais pu vous en citer mille (et même des mieux) que la culture populaire a depuis longtemps reléguée aux oubliettes. J'ai choisi celui-ci car j'aime bien les roads-trips et que d'avoir les trois membres du clan Frasier réunis pendant vingt minutes, c'est toujours quelque chose...

Friends - S05E19 The One Where Ross Can't Flirt [1999]


La cinquième saison de Friends a toujours été ma préférée. Pour plusieurs raisons : la première que j'ai vu et possédé en VHS, celle qui est un juste milieu entre la montée en puissance et le déclin. Celle où Chandler est avec Monica tout en étant toujours en colocation avec Joey, celle où Ross traverse la plus drôle des dépressions, celle où on retrouve des épisodes comme "The One With the Triplets", "The One With All The Thanksgivings", "The One With All The Resolutions" et surtout "The One Where Everybody Finds Out". Mais on oublie parfois de citer des épisodes moins parfaits, moins inouabliables, des épisodes comme "The One Where Ross Can't Flirt". On y retrouve un Ross , un Chander qui chante David Bowie, un Joey qui joue à Law & Order avec la volaille et une Phoebe en mode calculatrice. C'est truffé de bons mots, c'est un huis-clos qui réunit les six amis dans la même pièce (toujours la formule d'un épisode réussi) et ça se regarde toujours avec beaucoup de plaisir et nostalgie aujourd'hui sans pour autant avoir révolutionner l'univers de la sitcom. Un épisode qui mérite un petit devoir de mémoire. 

The Sopranos - S05E08 Marco Polo [2004]

Un an après avoir enfin visionné Les Sopranos, je n'ai toujours pas trouvé les mots pour en parler ici. Tant a déjà été dit. De manière assez surprenante, je vais quand même vous en toucher deux mots, mais en ne commençant pas par "College", "Funhouse", "Pine Barrens", "Whoever Did This", "Whitecaps", "Long Term Parking", "The Ride", "Sopranos Home Movies" ou "Kennedy & Heidi", qui sont pourtant mes favoris. Non, juste par un "Marco Polo" au final assez anecdotique quand on repense aux heures de gloires du show. Pour résumer grossièrement, c'est l'anniversaire du père de Carmela et Tony en profite pour tenter de réconquérir celle-ci dans la piscine. Et c'est une nouvelle tranche de vie qui nous parle de vieillir, de la famille, de la mort, de l'amour avec beaucoup de tristesse. Avec des duos de personnages inédits, des moments de bonheur sincères et une part belle faite aux personnages secondaires comme Artie, Hugh, Finn ou Rosalie. Une pause bienvenue dans une saison toujours plus sombre.


Comme je l'avais expliqué une fois, ce que j'ai aimé dans les Sopranos, ce sont surtout des moments. Et il faudra que je vous fasse une liste un jour, un truc très personnel. Je crois que c'est le seul moyen pour moi d'en parler sans faire dans la redite. Vous parler de la chorale d'enfants qu'on entend lorsque Tony court dans la neige en tentant d'échapper au FBI. De Christopher qui replonge dans la drogue sur fond de Fred Neil et de fête foraine. De Carmela qui surveille son mari à l'hôpital ou comprend que la vie est vaine dans les rues de Paris. Mais ce sera pour une prochaine fois et pour une autre sorte de rubriques que j'appelerais "Instantanés". 

Pour l'instant, c'était le devoir de mémoire et il y en aura d'autres. Souvenez-vous et revisitez moi tout ça si le coeur vous en dit.

Commentaires

Articles les plus consultés