4.07 Ask Me My Name


Il y a exactement un an, je chantais les louanges de "Flo", un très bon épisode de Girls, un miracle de solidité dans une saison plutôt inégale. Me revoilà avec le même phénomène, dans une saison encore plus inégale. Et là où "Flo" était émouvant et contemplatif,"Ask Me My Name" était fun et rythmé. 

En même temps que son personnage a fait une croix sur sa carrière d'auteure, Lena Dunham a enfin décider d'arrêter de passer des épisodes entiers à répondre à ses critiques de la manière la moins subtile possible. Au lieu de ça, la revoilà qui nous raconte des histoires, la chronique de jeunes gens paumés et gentiment auto-centrés. Avec "Sit-In", elle a réussi à pondre un huis-clos un peu grossier mais qui permettait au moins de relancer la saison vers d'autres horizons et d'unir un peu des personnages qui n'ont franchement plus de vraies raisons d'être amis. Avec cet épisode, elle poursuit ce travail sur Hannah et avec un sens de l'humour et de la répartie qui fut à une époque la marque de fabrique de la série (et pas seulement un moyen de faire du méta ou de la branlette intellectuelle). 

Au début, tu fronces un peu les sourcils en apprenant qu'Hannah s'improvise enseignante, meilleure amie des élèves, sans aucun diplômes ni rien. Et puis une fois que ce détail est assumé avec légèreté au détour d'un dialogue avec un sympathique nouveau collègue (Jake Lacy, le deuxième Jim de The Office), les choses se déroulent avec une belle fluidité et un rythme d'enfer. De toute façon, dès que Dunham décide de se concentrer sur une seule intrigue et de bien l'exécuter, elle se rate rarement. Qu'il s'agisse de "The Return", "One Man's Trash" ou "Beach House", c'est quand elle ne s'éparpille pas qu'elle m'offre mes épisodes favoris. 

"Ask Me My Name" parvient également à rendre convaincantes des choses qui me rendaient dubitatifs jusqu'ici. La rupture sortie de nulle part avec Adam (déjà mieux introduite la semaine dernière que dans "Cubbies") n'est plus qu'un simple artifice pour forcer Hannah à changer, c'est un arc narratif où chaque personnage peut exister et dévoiler sa personnalité. Mimi-Rose, gadget risible introduit à la va-vite, prend enfin chair et se révèle aussi drôle qu'insupportable, aussi improbable que touchante. C'est grâce à une Gillian Jacobs enfin exploitée à sa juste valeur et à une écriture plus fine qui laisse au triangle amoureux de la place pour s'installer de manière juste et justifiée.


Et j'ai toujours eu un faible pour les histoires de soirées qui ne se passent pas comme prévu et où on suit les protagonistes dans un enchaînement de mésaventures, surtout depuis que je suis fan de Broad City. On a bêtement comparé les deux séries et je n'avais jamais compris pourquoi. Là, pour une fois, je peux envisager le rapprochement. C'était en tout cas vraiment marrant : Zachary Quinto s'amusait bien et c'est cool de voir Jessa assumer le fait qu'elle est devenue irrécupérable. Et, avec l'ami Chet Baker, c'était un peu émouvant aussi. 

Alors je redis la même chose qu'il y a exactement un an : je ne pensais pas ressentir à nouveau de l'émotion pour Hannah ou de l'intérêt pour Girls. On a pas affaire à un chef d'oeuvre ou un épisode inoubliable mais "Ask Me My Name" a au moins le mérite de refaire bien tout ce que la série peut faire de bien. C'est donc une bonne chose mais attention Lena, ça devient usant que tu me refasses le même coup à chaque fois. Et à force, je n'aurais plus du tout confiance. Il est très facile pour toi maintenant de tomber dans la redite ou de papillonner trop dans tout et n'importe quoi (la carrière musicale et romantique de Marnie par exemple). Tu as donc trois épisodes pour qu'on se réconcilie pour la millième fois...

Commentaires

Articles les plus consultés