1.12 Wayward Sons


Le plus grand bonheur d'un sériphile est le toutéliage, ces moments où toutes les intrigues et personnages de la série prennent sens et s'allient dans un climax formidable et surprenant. J'attendais beaucoup de celui de Rubicon. Et bien voilà. Boom. Douze épisodes de mystères, de recherches, de tensions et de rebondissements pour que, dans l'avant dernier épisode de la saison (et peut-être de la série), l'ennemi soit victorieux. Pas le temps de respirer dans cet épisode épuisant, dans le bon sens du terme. 

J'ai adoré la structure, qui parvient à gérer les agissements de plusieurs personnages, dont celui dont on parle depuis le début mais qu'on avait jamais vu avant : Kateb. Le montrer passer sa dernière journée sur Terre à faire les trucs les plus américains possibles avant de réaliser un attentat pourrait être très maladroit, surtout pour une première rencontre. Mais on ne cherche pas ici à le rendre plus attachant, plus humain. Juste à rajouter encore plus de tension et de complexité à un épisode déjà très dense à ce niveau-là.

Chaque personnage est vraiment bien utilisé. Même Maggie, c'est pour dire. Elle m'aurait presque ému ! Kale reste mon petit préféré tant il est génial dans son rôle d'ange gardien, veillant maintenant sur Katherine tout en couvrant Will avec la classe qu'on lui connaît mais également un peu d'inquiétude. Sa relation avec Truxton reste toujours un mystère et leur échange était très puissant. Truxton Spangler est l'un des "méchants" les plus merveilleux et complexe que j'ai vu à l'écran et son sourire final était précieux. Oh et Kale révèle enfin le sens du titre de la série, Rubicon qui semble vouloir faire un parallèle entre la chute de l'empire romain et celui de l'empire américain. Avec d'un côté ceux qui se battent pour le pays et de l'autre ceux qui se battent pour eux-mêmes. 

Même si je trouve que Tanya est trop en retrait depuis son retour, l'équipe de l'API fait toujours un travail passionnant, encore plus fou dans ce genre de situations. La révélation de Will puis l'annonce de l'attentat m'ont coupé le souffle et le contraste entre ses larmes et la joie de Spangler étaient un beau moyen de conclure l'épisode. Tout le travail de ces hommes anéantis en quelques secondes, ça c'est bouleversant. 

Beaucoup d'émotion pour un grand épisode. Mais j'en oublierai presque qu'il en reste un. Et je n'ai aucune idée de ce qu'il va bien pouvoir se passer. Quasiment tous les mystères ont été résolues, à part peut-être le film de Katherine (j'ai bien cru d'ailleurs que l'attentat aurait lieu à Saint Louis). En tout cas, les seasons finale de Mad Men et Rubicon sont les deux épisodes que j'attends avec le plus d'impatience cette année.

Commentaires

Articles les plus consultés