7.04 Sex Ed


Après un début de saison très voire trop léger, les scénaristes enclenchent les choses sérieuses : le futur départ de Steve Carrel. On a encore le temps, mais le travail de rétrospection doit commencer et cet épisode s'en occupe non sans maladresses. Je suis tout de même étrangement convaincu alors que de nombreuses choses étaient réunis pour que je sois déçu. 

D'abord, le cold open, qui nous montre Dwight dans son pire aspect caricatural. Remarquez comme il prend bien soin de choisir un travailleur américain à la dernière minute afin d'éviter à un mexicain son jeu du "Die Or Not" et passer à côté d'une blague raciste. Franchement, l'une des pires intro proposé par la série. 

Avec son défile de femmes venus du passé de Michael, l'intrigue de l'herpès m'a bien plus. Ca allait un peu vite, et l'humour n'a pas toujours fonctionné, mais au moins, le personnage de Michael est bien traité, avec cohérence. J'ai adoré la partie avec Jan, ça fait vraiment plaisir de revoir Melora Hardin, et ce personnage de taré qui semble être la pire des mères : "I'm the princess. And the queen". Sa chanson est géniale. Cela dit, je me demande comment Astrid peut avoir l'air aussi vieille alors qu'elle n'est sensé avoir qu'à peine deux ans. Donna et Helen sont vite expédiés tandis que Carol a le droit à un joli morceau de nostalgie embarrassante. Mais le meilleur reste Holly. Même si Amy Ryan n'apparaît pas à l'écran, son échange téléphonique avec Michael était touchant, forçant le personnage à se remettre en question. Et annonçant une suite intéressante avec un retour annoncé de l'âme soeur de Michael Scott. Et surprise, j'ai trouvé Dwight drôle et pas trop agaçant durant cette intrigue. Son duo avec Michael m'avait un peu manqué et Rainn Wilson a un peu moins forci le trait. 

L'intrigue secondaire est un peu plus brouillonne. Le problème avec Andy qui donne une conférence à ses collègues, c'est qu'il ressemble plus à Michael qu'à Andy. Jusqu'au moment où il ressemble trop à un Andy du passé en piquant une crise de nerfs. J'ai donc eu du mal à cerner la psychologie du personnage durant cette intrigue trop bancale pour convaincre. Cela dit, Ed Helms à su rester touchant, et les bons conseils de Darryl très drôles. Il faudrait juste que le triangle amoureux Andy/Erin/Gabe ne traîne pas trop en longueur. 

Jim et Pam sont en retrait et ce n'est pas une mauvaise chose. Le commentaire de Kelly concernant leur bébé non désiré m'a fait exploser de rire et j'ai bien aimé également le tag final avec Oscar et le souvenir de l'inoubliable "Gay Witch Hunt". Sans oublier l'excellent répondeur de Holly (reviens vite !)

Le problème de cet épisode, c'est qu'il est plein de bonnes idées, de scènes sympathiques, de bonnes répliques, mais le tout est mal ficelé, s'enchaîne mal et manque vraiment d'énergie.

Commentaires

Articles les plus consultés