2.02 La Proposition


BILLY - S02E02 La Proposition par billylaserie

Résumé : De retour à Lincoln City, Pat Garrett découvre que la ville s'est transformée en circuit touristique. Il s'entretient avec le Gouverneur Wallace qui a une troublante proposition à lui faire. Au Mexique, Billy reçoit enfin la visite d'un médecin. Un médecin qu'il connaît bien... 

Commentaires : Si l'épisode précédent fait office de préambule, les choses sérieuses commencent ici. Bien sûr, je prends encore une fois le temps de réintroduire les personnages (Garrett, Charlie) mais je prends également soin de leur offrir de nouveaux enjeux. 

Commençons avec Garrett qui est de retour à Lincoln City, trois ans après sa dernière visite. Il est accompagné de James Bell, son fidèle assistant (qui a existé dans la véritable histoire mais pas en tant qu'homme à tout faire de Garrett, juste en tant qu'adjoint du shérif local). Comme on l'avait déjà aperçu dans "Exils", Lincoln City est devenu un circuit touristique, une ville post-western. Où des figures comme Billy et ses compagnons ou McSween sont devenus des personnages de fictions et de contes que l'on raconte aux touristes pour quelques dollars de plus. Le Général Wallace est devenu un politicien et même s'il désire la capture des anciens Régulateurs, il préfère offrir le sale boulot à un autre plutôt que de retourner sur le terrain. Au moins, McSween avait de la fougue. Le Gouverneur n'a lui que de la paperasse et de vieux souvenirs à rabâcher. Non seulement cette ville est un cirque, mais elle est plus désabusée et cynique que jamais. 

Alors Garrett débarque dans tout ça, tout comme il avait débarqué auparavant dans le bureau de McSween sans savoir ce qui l'attendait. Alors qu'il était parti à la recherche de William de son plein gré, on lui en donne désormais la mission. Je ne voulais pas attendre trop longtemps pour donner à Garrett le rôle pour lequel l'histoire l'a retenu : celui du shérif qui pourchasse son ancien ami. C'est la réalité, c'est la légende et je l'insère dans mon récit dès maintenant. Car vous vous en doutiez, c'est de ça dont parlera la deuxième saison. Et tout ce que j'ai établi entre Billy et son tuteur lors de la première saison va peser dans la décision de Garrett. Qui reste pour le moment en suspens. Parce qu'il faut bien un peu de suspense tout de même !


Je n'avais pas pour intention de faire revenir Wallace après la bataille de Lincoln. Mais comme je le disais précédemment, ça aurait été con de ne pas profiter d'un personnage historique aussi haut en couleurs. Surtout que mon ambition avec cette seconde saison, c'est aussi une variation sur le fatalisme et l'éternel recommencement. Alors positionner Wallace dans un poste de politicien et l'installer dans l'ancien bureau de McSween, c'est vous dire que tout recommence. Que son duo avec le soldat Johnson n'est pas si éloigné de celui que formait l'avocat véreux avec le shérif Brady. Et que Garrett revient au point de départ et la proposition que lui fait le Général est non seulement de redonner un sens à sa vie, mais aussi d'être condamné à ne jamais changer. 

Alors qu'à Lincoln City on s'amuse à transformer la réalité en attraction touristique, la nouvelle vie de Billy n'a rien d'excitante. Il est toujours cloué au lit dans une chambre mexicaine humide et sale alors que Sarah veille sur lui et attend le médecin. Et comme je n'avais qu'un médecin sur la main, je me suis dit que ça valait le coup de l'utiliser. Surtout lorsqu'il s'agit d'un de mes personnages favoris à écrire. Je voulais avec ce début de saison garder les anciens Régulateurs séparés mais je n'ai pas pu résister à réintroduire Charlie directement dans l'équation. Car je savais que son duo avec Sarah ou que son duo avec Sal étaient des valeurs sures qui méritaient d'être explorés plus en profondeur. 

Le voilà donc à reprendre sa casquette d'apprenti toubib pour ausculter le héros de son roman. Un roman qu'il croyait achevé mais qu'il va donc pouvoir continuer. Pour l'instant, on en saura pas plus sur son diagnostic. On saura juste que Charlie est de retour, que le havre de paix offert par le Mexique n'est peut-être qu'une illusion et que si on le cherche, il sera au bar (voir épisode suivant). 

"La Proposition" continue donc le travail effectué dans le préambule. Faire basculer la légereté et la candeur de la première saison vers un univers crépusculaire et sombre. 

Anecdotes : Pour la scène d'introduction, nous sommes parti en tournage dans une gare de l'Arkansas. Qui était en réalité un coin de mur derrière notre ferme... Mais ça fonctionne, pas vrai ? Le reste des décors vous sont familiers : ce bon vieux saloon encore plus miteux qu'avant et l'ancien bureau de McSween dans lequel j'ai changer un tas de petits détails pour mieux coller au nouveau propriétaire. En tout cas, j'espère que cette scène ne vous aura pas trop dérangé au niveau du son car nous avons eu quelques problèmes. C'était vraiment difficile de tourner dans une pièce aussi étroite. J'aurais pu ne pas vous le dire mais voyez, je suis honnête messieurs dames. Nous avons limités les dégats alors j'espère sincèrement que ça ira. 


Au rayon anecdotes qui ne sert à rien, je tenais à préciser que l'étoile de shérif, précédemment porté par le shérif Brady, provient de la Foir' Fouille et fut acheté par Marc (le shérif justement). Formidable, n'est ce pas ? Quand au cigare du Gouverneur, c'est un véritable cigare cubain, ramené par Etienne (l'interprête de Wallace) de la Havane suite à un séjour en mer. Et ça c'est formidable pour le coup !

Quand au corps squelettique de Billy, ce n'est pas une tricherie de notre part : François ressemble bien à un juif qu'on aurait libéré d'un camp de concentration...

Musique : Comme d'habitude, c'est Hank Williams qui offre sa voix bien à lui à l'ambiance du saloon de Lincoln City. Avec cette fois-ci, son légendaire "Honky Tonk Blues". Dans son bureau, le Général Wallace écoute le "Satanic Blues" de l'Original Dixieland Jazz Band. Bien sûr, ce n'était pas possible à l'époque mais il m'arrive de tricher avec la réalité, surtout lorsqu'il faut couvrir quelques problèmes de son qui ont bien failli ruiner cette scène. Et puis ça permet de valider ce que disait Garrett un peu plus tôt dans l'épisode : "cette ville est un cirque". Au générique de fin, une nouvelle composition d'Alexis Marchal. Ce n'est pas parce qu'il est désormais devant la caméra qu'il ne peut plus jouer de la guitare en coulisses !

Commentaires

Articles les plus consultés