DylanesqueTV S06E07

COLD OPEN / 2014 !


Depuis gamin, je suis incapable de me projeter dans le futur de manière un minimum réaliste. Alors plus les années passent, plus je trouve dingue d'en être rendu aussi loin et d'avoir survécu jusqu'en 2014, putain ! J'ai pris une belle résolution cette fois : être discipliné pour les choses qui comptent. Pas pour le travail ou le ménage, discipliné pour terminer ZIM, apprendre la guitare et écrire enfin mon premier grand roman. Des rêves de gosses ça aussi et des promesses qu'il ne faut pas prendre trop au sérieux, mais auquel je vais me raccrocher encore un peu.

Je ne sais pas si la télévision trouvera sa place dans tout ça. Elle a pourtant beaucoup de choses à m'offrir cette année, je n'en doute pas. Dès ce soir, il y a d'ailleurs Community qui reprend du service, sous la supervision de Dan Harmon, et je ne sais pas encore si ça me fait une belle jambe ou si je suis excité. Un peu curieux, sans doute. Malgré une formidable cuvée 2013 (je vous invite à relire mon bilan, passé plutôt inaperçu), voilà où j'en suis par rapport aux séries : un peu curieux. 

LE TOP 3 

Les trois séries dont j'attends le retour en janvier avec le plus de curiosité. 

1) Justified [Saison 5] - Visez un peu ma nouvelle bannière, ça donne pas envie de retourner à Harlan bordel ? Justified est très solide et devrait me procurer un plaisir simple et distingué tout au long de l'hiver. Même la menace Rappaport et la mini-inquiétude d'un essoufflement au bout de cinq saisons ne me gâchera pas le plaisir. Ok, la précédente a mis la barre très haute, mais il faut avoir confiance au charisme de Raylan et Boyd, à la répartie d'Art et à toutes les surprises que nous réservent ce nouveau séjour dans le Kentucky. Le 7 janvier, pendant que certains dégusteront de la frangipane, je dégusterais Justified. 

2) Girls [Saison 3] - Avec la sortie de ZIM qui approche, je serais content de ne pas être le seul à raconter ma vie avec beaucoup de mégalomanie. Je serais heureux de pouvoir compter sur Lena Dunham. Et puis franchement, ces gens-là m'ont manqués, je me sens proche d'eux alors que je ne devrais pas. En attendant, je vais me remater Frances Ha. 

3) Shameless [Saison 4] - Mes fêtes étaient bien mornes, surtout en ce qui concernaient les repas de famille. Alors j'ai besoin des Gallagher pour me rappeler ce que c'est qu'une famille agitée et vivante, même si ce n'est que de la fiction, un peu maladroite et poussive parfois, carrément attachante souvent. Eux aussi m'ont bien manqués et j'ai hâte de voir ce qu'ils vont devenir en 2014.


Et je serais plutôt content de retourner au Cul-de-Sac et de découvrir les nouveautés de l'hiver. Et très triste de dire adieu à Treme dont je refuse encore de visionner le final. 

***

My So Called-Life [Saison 1] - Mon intégrale se poursuit et il ne me reste plus que trois épisodes, ce qui me remplit d'une tristesse infinie. Revisiter mon adolescence en compagnie d'Angela Chase était une expérience très forte, parfois triste, parfois drôle, toujours juste et touchante. On sent bien que Jason Katims n'est pas loin et forcément, c'est lui qui est à l'origine de mes épisodes favoris : "The Substitute" et "Life of Brian" (pas le chef d'oeuvre annoncé mais un tendre moment avec le personnage auquel je m'identifie le plus). My So Called-Life est parfaite pour dépeindre les émotions d'un personnage, pour le faire évoluer de manière naturelle, pour ne jamais que la grosse patte des scénaristes soit trop visible, même dans les voix-off d'Angela, la reine de cet art devenu désuet. Je ne compte plus les moments où j'étais en larmes devant les doutes de Patty, les déboires de Rayanne ou les errances de ce pauvre Rickie. Ces adolescents savaient tous jouer comme des pros et c'est dommage de ne pas les avoir vu grandir à la télévision (à l'exception de notre chère Claire Danes). Je crois sincèrement que Patti et Graham Chase sont à deux doigts de détrôner Eric et Tami Taylor dans la liste de mes parents favoris. Allez, seul bémol au tableau : un Jordan vraiment fadasse, niais et insupportable, qui m'empêche de rentrer vraiment dans les questions romantiques d'Angela (que je partage pourtant, même aujourd'hui). Ça, et cette histoire d'ange vraiment bizarre à la fin d'un épisode de Noël pourtant réussi. Vraiment pas de quoi se scandaliser et bouder mon plaisir face à une série aussi riche et belle, qui maîtrise tellement bien son sujet que c'est la Madeleine de Proust idéal. Personne n'a d'ordinateur ou de téléphone portable et c'est cool. Moralité : les années 90 me manquent et je suis un vieux réactionnaire. 

Commentaires

Articles les plus consultés